Activité dans le cadre du programme du Ministère de l'agriculture et du développement rural

L’Algérie fait partie des régions les plus arides au monde, vu que la majorité de sa superficie qui englobe ces zones. La pénurie d'eau ne peut qu'augmenter à l'avenir et devient déjà une limitation de plus en plus importante pour la société. En outre, on ajoute la vulnérabilité au changement climatique, en raison de la prédominance de l'agriculture pluviale et de l’insuffisance des actions concernant les mesures d'adaptation de son climat de base plus chauds et de son exposition accrue aux événements extrêmes (sècheresse, crue et inondation). Les zones rurales (Haut plateaux) et les zones sahariennes devraient subir des impacts majeurs du changement climatique sur la disponibilité et l'approvisionnement en eau, les infrastructures et les revenus agricoles, réduire la production agricole et accroître l'insécurité alimentaire avec des conséquences socio-économiques, telles que l'augmentation de la pauvreté et la migration vers les villes.



Dans ce contexte Dr Bachir Hakim et Mr Harda Farid ont animé une séance de travail avec les chercheurs de la Division de recherche en Bioclimatologie et hydraulique agricole pour essayer de déterminer les actions que pourrais définir l’INRAA  dans le cadre du programme du Ministère «Développement de l’irrigation notamment, dans les hauts plateaux et le sud en vue, de l’augmentation des superficies irriguées à travers l’utilisation de moyens modernes » dans son volet « recherche / innovation ». Durant cette séance, il a été identifié les actions à menés durant les périodes 2020/2024 et 2020/2030. 




Dr BACHIR Hakim
Division de bioclimatologie 
et hydraulique agricole

Aucun commentaire:

Publier un commentaire